Coups de coeur, Lectures

Phobos, tome 1 de Victor Dixen

couv46218864Auteur : Victor Dixen
Sortie : 2015
Genres : Jeunesse et Science-Fiction
Edition : Robert Laffont
Collection : R
Pages : 433
Prix : 17,90€

« Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter. »

J’avais très envie d’acheter ce livre après les nombreux avis positifs mais je ne me suis pas lancée alors mon copain me l’a offert. Il traite de l’espace et de la colonisation martienne qui sont des sujets qui m’intéressent énormément. Ce livre me faisait terriblement envie alors il a fait partie de mon #DéfiPJK de mars 2016.

Le programme Genesis donne la possibilité à six prétendants et six prétendantes de coloniser la planète Mars. Ils vont apprendre à se connaître, les filles d’un côté et les garçons de l’autre. De plus, les filles et les garçons devront réaliser des speed-dating et à l’issue de leur arrivée sur Mars, chaque couple formé sera officiellement marié. On suit le point de vue de plusieurs personnages et je pense que c’est le point fort de ce livre : on est tantôt Léonor, une des prétendantes (ma favorite !) puis un spectateur lambda qui regarde les speed-dating et enfin, on atterrit du côté des directeurs du programme Genesis.

Les personnages sont divers et variés : certains, on les aime et certains, on les déteste. Personnellement, Léonor, l’une des prétendantes, me fait un peu penser à moi. Elle est adorable, troublante et inquiétante. J’aime assez ce personnage que je trouve complexe : on se demande comment sera ses sentiments durant ce chapitre. La directrice du programme, Serena a, elle aussi, un caractère complexe que l’on a du mal à cerner et je comprends que l’on puisse la comparer avec Léonor. Les autres personnages ont vraiment une palette de personnalité qui est plutôt bien détaillée (hormis peut-être Kenji, un prétendant, qui m’intéressait et dont je n’ai pas eu plus de détails. Pareil pour Samson, un autre prétendant. J’espère en savoir davantage sur lui dans les autres tomes). Peut-être un jour, aurons-nous la possibilité de voir le programme Genesis du côté des prétendants.
Ce livre est bourré de suspens : chaque chapitre nous maintient en haleine. On est toujours surpris, interrogé et bouleversé. Le livre est coupé en actes qui sont entrecoupés de « chapitres » et je trouve ce style intéressant. Les débuts de « chapitres » commencent par le lieu du chapitre, où et quand, on peut donc poser son livre à n’importe quel moment et savoir où nous nous sommes arrêtés dans l’histoire. Ce qui pour moi, est un excellent bon point car j’aime poser mon livre et digérer les chapitres lus pour me faire ma propre idée sur la continuité de l’histoire.

La fin de ce tome m’a laissé avec une grosse angoisse de ne pas savoir ce qu’il se passe ensuite. J’étais tellement impatiente de lire la suite que je me suis retenue de partir en courant chez mon libraire pour acheter le tome suivant. Je sens que c’est une saga qui deviendra un classique de la Science-Fiction Jeunesse.

Je n’ai pas lu d’autres livres de Victor Dixen et je le regrette amèrement maintenant (et je compte me rattraper). J’aime le message qui laisse passer dans ce livre. On vit dans une ère où la télé-réalité fait partie du quotidien de beaucoup d’adolescents et personnellement, je déteste ces programmes. L’engouement et l’intérêt qu’on leur donne, me scandalise. Enfermer des inconnus dans un endroit et voir leur quotidien ne montrent aucun intérêt pour moi et je soupçonne moi-même les producteurs de ces émissions de chercher des candidats avec le QI le plus bas. Bref, c’est un autre débat, ici on parle de Phobos. Phobos montre cet intérêt qu’ont les Hommes sur la télé-réalité et Victor Dixen nous montre tous ces travers : l’appât du gain, l’audimat, le semblant de réalité etc… Il faudrait plus de livres comme celui-ci pour montrer aux adolescents que la télé-réalité est une chose à mépriser (vous n’avez qu’à regarder les « Anges de la télé-réalité » ou encore « les Ch’tis et les Marseillais » et vous comprendrez où je veux en venir).

Phobos est truffé d’émotions et de questions : quels seront les couples ? Découvront-ils la réalité de ce programme ? Victor Dixen sait comment nous maintenir en haleine et nous choquer. Qu’est-ce que j’ai aimé être choquée ! Il m’était facile d’imaginer les personnages, Cupido et tous les décors que l’on m’imposait. C’est le genre de livre où j’aimerais y voir une adaptation cinématographique. Je croise les doigts.

C’est un coup de cœur de la taille de la planète Mars. Tout me plait : les personnages, l’histoire, les décors etc… Même la couverture ! J’ai tout adoré. Je vous le conseille à 2000%. Si vous ne l’avez pas encore lu, si vous l’avez dans votre pile à lire, jetez-vous dessus tout de suite ! C’est un ordre. Je compte bien acheter le second tome au Salon du livre de Paris et le faire dédicacer par l’auteur. Attendez-vous à une autre chronique sur le deuxième tome.

Un coup de cœur extra-planétaire !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s